Rechercher
  • patrick2281

Nous avons tous besoin de reconnaissance

Nous avons trop peu tendance à utiliser le renforcement positif qui consiste à valoriser les bons comportements



La reconnaissance et le feedback positif


Nous avons souvent tendance à faire suivre un mauvais comportement d’une sanction. C’est ce qu’on appelle le renforcement négatif. Par contre, nous avons trop peu tendance à utiliser le renforcement positif qui consiste à valoriser les bons comportements. Pourtant, le besoin d’être reconnu, tout comme le besoin d’estime et d’accomplissement personnel, se retrouve au sommet de la célèbre pyramide des besoins de Maslow. Nous allons voir que la reconnaissance ne doit pas être uniquement financière.


Témoigner de la reconnaissance c’est souligner une contribution, les efforts déployés, l’atteinte de résultats ainsi que valoriser un comportement ou une attitude sécuritaire. Il existe diverses façons (non monétaires) d’exprimer sa reconnaissance. Il peut s’agir d’une simple parole, comme « William, je remarque que tu as pris le temps de t’attacher et je te félicite » ou d’un simple geste, tel que lever le pouce en l’air lorsqu’on circule dans l’atelier et que l’on remarque qu’un des employés a pris l’initiative de nettoyer la flaque d’huile, ou encore faire participer les employés lors d’une prise de décision afin de considérer leurs opinions professionnelles et reconnaître leurs compétences.


Les 4 clés du feedback positif


1. Reconnaître la personne

La reconnaissance porte sur l’individu et non sur l’employé. Cette reconnaissance s’adresse à Olivier ou à Nathalie et pas au « responsable marketing » ou à « la comptable».

Exemple : « Nathalie, je te félicite pour ton comportement. Tu as signalé immédiatement

qu’une protection collective avait été retirée. »


2. Reconnaître les résultats

La reconnaissance porte sur les résultats effectifs, observables, mesurables et

contrôlables.

Exemple : « Olivier, le taux de fréquence de ton département est passé de 5,2 à 2,1 en un an. C’est le résultat de ton implication dans la sécurité. Je te félicite ! »


3. Reconnaître l’effort

Les résultats ne sont pas toujours proportionnels aux efforts fournis. Cette forme de reconnaissance porte sur l’engagement de la personne indépendamment des résultats finaux.

Exemple : « Nathalie, tu as passé énormément de temps sur le terrain pour sensibiliser tous les collaborateurs de ton équipe à l’importance de faire les bons gestes pour soulever une charge. Je suis convaincu que cela permettra d’éviter bien des problèmes de dos. Je te remercie d’avoir fait cela aussi bien. »


4. Reconnaître les compétences

Certaines compétences ne sont pas utiles immédiatement, mais seront d’une importance capitale en cas de besoin. La personne qui a pris sur son temps libre pour obtenir par exemple un brevet de secouriste a développé une compétence qui pourra peut-être permettre de sauver une vie.

Exemple : « Olivier, tu as obtenu ton brevet de secouriste et je t’en félicite. Cette compétence que tu as acquise permettra peut-être un jour de sauver

des vies. »



7 vues